Las Vegas dans les années 1950

Las Vegas changea considérablement dans les années 1950. La ville ne fut fondée qu’en 1905, mais à peine un demi-siècle plus tard, la population de Las Vegas Valley avait augmenté jusqu’à 44 600 personnes, tandis que la ville attirait plus de 8 millions de touristes chaque année, principalement pour le frisson du jeu du casino. À l’époque, il était dit que que le tourisme faisait rentrer 200 millions de dollars en moyenne dans les casinos.

La population de la ville tripla en nombre pendant la seconde guerre mondiale, mais la menace de la loi de la rue et de son contrôle de l’industrie du jeu était toujours dominante dans le développement de la ville. Finalement, en 1951, une audience détermina que l’argent du crime organisé était incontestablement lié aux casinos de Las Vegas et était ainsi en train de devenir la participation majoritaire dans la ville, en rapportant aux groupes mafieux de larges sommes d’argent qui consolidaient leur emprise sur le pays. Une proposition fut avancée au Sénat dans le but de renforcer le contrôle fédéral sur les jeux d’argent, mais elle ne dépassa le stade du comité, après la contribution du sénateur du Nevada, Pat McCarran.

Les enjeux politiques autour de la législation des jeux d’argent étaient inquiétants pour l’avenir de la ville, mais 105 kilomètres plus haut, les perspectives étaient encore pires. En 1951, des tests nucléaires en surface commencèrent sur le site d’essais du Nevada et le pays fut saisi de « fièvre atomique ». Un des tests fut diffusé à la télévision en 1952, ce qui amena de fait l’organisation de plusieurs concours dans des casinos de Las Vegas. Les cocktails atomiques, les coiffures atomiques et les concours de beauté « Miss Atomic Blast » devinrent incontournables dans le divertissement du pays jusqu’au Traité d’interdiction partielle des essais nucléaires de 1963.

Cependant, au cours de la décennie suivante, le jeu d’argent ne fut plus l’unique raison de la venue de visiteurs à Las Vegas. Des banquiers mormons contribuèrent au financement de plusieurs hôtels et de casinos tels que le Tropicana, et Frank Sinatra et son « Rat Pack », connu dans le monde entier, se produisaient régulièrement dans la ville. Las Vegas fut également le lieu des premiers concerts d’Elvis Presley en 1956.

L’arrivée d’Elvis sur la grande scène

Elvis Presley débuta un spectacle en résidence de deux semaines à l’hôtel et au Casino New Frontier sur le Las Vegas Trip en 1956, peu après que sa chanson Heartbreak Hotel se soit hissée en première place des charts. Ses concerts d’ouverture furent cependant mal reçus par les critiques et par les invités, qui ne faisaient pas partie du segment démographique qui deviendrait par la suite fan d’Elvis. Malgré le début décevant de sa carrière à Las Vegas, quand Elvis monta pour la dernière fois sur la scène de la ville en 1976, son image fut projetée partout et le public l’adorait.

Vegas a joué un rôle dans tous les aspects de la vie d’Elvis. Il débuta à Las Vegas en 1956, avant de revenir pour jouer et produire des films, et également se marier dans la ville. En plus de cela, Vegas fut le lieu de sa dernière performance, où il fit un retour triomphant sur la scène; malheureusement, Elvis souffrait déjà à cette période de son isolement et d’une grave addiction à la drogue.

Qui étaient les membres du « Rat Pack » ?

Las Vegas commença à attirer de grands noms du cinéma et de la musique dans les années 1950 et le groupe connu sous le nom de « Rat Pack » en fut la personnification. Le « super-groupe » d’acteurs était composé de Frank Sinatra, Dean Martin, Sammy Davis Jr., Peter Lawford, Joey Bishop et plus tard, Bing Crosby. Ensemble, ils se produisirent sur les scènes de Las Vegas pendant les années 1950 et 1960.

Le Tropicana

Le « Minsky’s Follies » fut créé en 1957 et ce fut les débuts des « Showgirls », le premier spectacle « topless ». En avril de la même année, l’hôtel Tropicana ouvrit ses portes. L’architecte du lieu, Ben Jaffe, voulait que son hôtel soit le meilleur de Las Vegas et qu’il soit éloigné des casinos. Son but était de créer une ambiance cubaine, avec une grande variété de chambres à thème pour les clients, avec des meubles à la « French Provincial », ou dans le style « Far East » ou Renaissance italienne.

L’hôtel a été le lieu de tournage de plusieurs succès cinématographiques, comme L’Amour en quatrième vitesse, le film de James Bond « Les diamants sont éternels » et Le Parrain.